• 28 FÉV 20
    • 0

    Demi-journée OCAV – 4 mars 2020

    Mercredi 4 mars 2020

    9h30-13h – Salle du Conseil

    Évolution dirigée

    L’évolution dirigée ou comment s’inspirer des méthodes propres à la nature pour innover

    Arnaud Gautier –  Laboratoire des Biomolécules CNRS/ENS/SU – IUF

    Au cours de l’évolution biologique, le processus itératif de mutation et la sélection naturelle ont apporté des solutions aux défis auxquels les organismes sont confrontés dans le monde naturel. Les traits sélectionnés par la nature ne correspondent cependant pas toujours aux caractéristiques recherchées par l’homme. Pour guider l’évolution et obtenir des phénotypes utiles, l’homme utilise depuis des siècles des méthodes de sélections artificielles, telles que la sélection des cultures et la domestication des animaux. Récemment, l’évolution dirigée en laboratoire s’est révélée très efficace pour optimiser ou modifier l’activité des protéines, les unités fondamentales de la biologie. Cette conférence générale présentera comment l’évolution dirigée des protéines peut nous assister pour innover en chimie et créer de nouvelles molécules et matériaux utiles à l’homme.

     &

    Prebiotic, parabiotic and postbiotic chemistries: the evolutionary horizon of terrestrial life

    Philippe Marlière – Isthmus (Evry)

    Biotechnology has empirically established that it is easier to construct and evaluate variant genes and proteins than to account for the emergence and function of wild-type macromolecules. Systematizing this constructive approach, synthetic biology now promises to infer and assemble entirely novel genomes, cells and ecosystems. Unfortunately, the theoretical and computational tools needed for this endeavor are still missing altogether. However, such tools may not be required for diversifying organisms at the basic level of their chemical constitution by adding, substituting or removing elements and molecular components through directed evolution under selection. Most importantly, chemical diversification of life forms could be designed to block metabolic cross-feed and genetic cross-talk between synthetic and wild species and hence protect natural habitats and human health through novel types of containment.

    Leave a reply →
collegecurieensespcifemissocial